Lutte contre les fakes news : Google admet avoir du mal


Lutte contre les fakes news : Google admet avoir du mal

Faire disparaître les informations mensongères, les fake news, des résultats de recherche du moteur Google n'est pas une mince affaire. D'après Eric Schmidt, les algorithmes peinent à distinguer les informations véridiques lorsque deux groupes s'opposent.

Depuis l'élection présidentielle américaine de 2016, Google a testé différentes méthodes pour tenter de contrecarrer la diffusion sur son moteur de recherche de fausses informations ou fake news. Avec des résultats très mitigés.

En effet, son algorithme de classement a du mal à juger de la vérité lorsque des groupes opposés soutiennent deux "faits" différents.

Les oppositions frontales sèment la discorde chez Google

Outre les trolls russes durant les élections, les difficultés de Google face à la promotion de la désinformation ont rejailli suite aux récentes fusillades de masse aux États-Unis. Des agitateurs ou trolls ont exploité ces événements pour rejeter la faute sur les idéologies politiques opposées.

Selon Eric Schmidt, président d'Alphabet, maison-mère de Google, ces affrontements en ligne font qu'il est difficile pour l'algorithme de classement de Google de distinguer la vérité des mensonges.

"Disons que ce groupe croit le fait A, et ce groupe croit le fait B, et que vous êtes en désaccord les uns avec les autres et que vous publiez et écrivez à ce sujet et ainsi de suite ... Il nous est très difficile de comprendre la vérité" précise Schmidt, qui s'exprimait lors du Forum sur la sécurité internationale à Halifax.

"Par conséquent, lors d'une opposition entre le groupe A et le groupe B - vous devinez de quoi je parle - il nous est difficile de déterminer qui de A ou B reçoit le ranking le plus élevé."

Les algorithmes aiment le consensus

Schmidt ajoute qu'il est plus facile pour l'algorithme de Google de traiter des informations fausses ou peu fiables lorsqu'un plus grand consensus est atteint. Mais il demeure plus difficile de différencier vérité et désinformation lorsque les opinions sont diamétralement opposées.

Le dirigeant du géant du Web a également souligné le problème de type chambre d'écho souvent associé à Facebook et Twitter, dont les algorithmes utilisent amis et abonnés pour concevoir un fil d'actualité.

"Jusqu'à ce que nous décidions collectivement qu'une personne, ponctuellement, ne devrait pas être insérée dans votre base de données, ce qui est en quelque sorte une question de valeurs sociales, je pense que ce problème persistera" juge-t-il

Au cours d'une interview avec Fast Company en août, Schmidt évoquait la menace d'un réseau de propagande soutenu par un État. Il reconnaissait qu'Alphabet avait sous-estimé jusqu'à quel point les gouvernements utiliseraient le piratage pour contrôler le domaine de l'information, mais que l'entreprise se montrait depuis très intéressée par la désinformation et ses ressorts.

Le président de l'Alphabet doute également que l'intelligence artificielle puisse "empêcher les mauvaises choses", même si les algorithmes seraient essentiels pour éradiquer les trolls.


Source : Zdnet